Attention, droits réservés

Creative Commons License
Les textes des Ateliers Ecritures Colombines mis à disposition sur ce blog par Nadine Fontaine sont régis par les termes de la licence Creative Commons. Leur citation n'est permise qu'assortie du lien indiquant leur origine.

vendredi 11 septembre 2015

TGV Surprise

Je me rends à la gare de Lyon prendre le TGV pour Valence. 
Comme à chaque voyage, sauf en première où des «solos» existent, je vais me trouver à côté, ou pire, en face de quelqu’un. 
Je redoute la personne bavarde, trop grosse ou sans gêne qui s’étale sur l’accoudoir. 
Je m’installe, pour l’instant, personne, si ça pouvait durer… 
A quelques minutes du départ, j’entends «Excusez moi, je suis à la 36 fenêtre». 

Je lève les yeux et découvre avec qui je vais partager deux heures trente. 
Ce qui me frappe c’est le trop. 
Trop de fleurs et d’oiseaux bariolés sur un vêtement trop large, trop de sacs, en bandoulière, à la main, dans le dos. Pourvu qu’il n’y ait pas trop de blablabla! 
Je me lève et reste dans l’allée pendant l’installation. Ouf, ça y est, on part. Et le trop se met en marche et entame la conversation sur la chaleur, le métro en grève, le taxi pas sympa… 
Ça s’installe, le bras tient tout l’accoudoir, je me pousse et me cale ostensiblement dans mon siège. Oh là là, ça va être dur. 
Je me dis: ne pas répondre, juste acquiescer, ne pas entrer dans l’histoire, prendre mon livre, aller au bar… faire comprendre que je veux être tranquille. 
Le train amorce la vitesse de pointe, ce qui lui déclenche des maux d’oreilles et voilà des pincements de nez accompagnés de soufflements élégants et de réflexions sur sa sensibilité car hélas les otites à répétition ont jalonné son enfance, enfance bien loin de la France, d’où son goût pour les couleurs vives et les tissus chamarrés, «vous avez remarqué n’est ce pas?». 
Plus qu’une heure avant Valence, mais c’est l’heure de manger. Le redoutable œuf dur fait son apparition ainsi que le pâté de campagne et leurs arômes respectifs. Je sors mes tomates cerises et mon sandwich SNCF inodore et sans saveur. 
Mon ange gardien se précipite pour partager son repas avec moi, considérant sans doute que le mien est bien triste. 
Que faire sinon accepter et espérer une accalmie. 
Voilà Valence. Je suis de mauvais poil et cherche la correspondance pour Valence ville. 

Stephan, 
Allex 23/07/2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez aimé ce texte ?
Dites-le !