Attention, droits réservés

Creative Commons License
Les textes des Ateliers Ecritures Colombines mis à disposition sur ce blog par Nadine Fontaine sont régis par les termes de la licence Creative Commons. Leur citation n'est permise qu'assortie du lien indiquant leur origine.

jeudi 11 avril 2019

Art et écriture - La tireuse de cartes

Théodule Ribot - La tireuse de cartes
On ne se refait pas. On ne la changera jamais. Je savais qu’elle allait prendre quelqu’un dans ses rets. Quelqu’un ? Et toujours de préférence, bien sûr, une jeune fille naïve, crédule, qui tombe dans le panneau. A tout coup c’est la même chose. Pauvre petite chose qui gobe tout ce que murmure la vieille.

—Je vois un homme, dit la bougresse. Un homme qui peint. Des portraits. 

La jouvencelle frissonne. Elle pense à Théodule Ribot. C’est sûr, il l’aime… 

Je n’en perds pas une miette. Cela m’intrigue encore ce manège de souris prise au piège. L’intéressée est tout ouïe, tous yeux. Sa menotte repose confiante dans celle toute ridée de la diseuse de bonne aventure. 

Ce que j’ai envie de m’étirer ! Je décide de rester. J’aime suivre tout le stratagème. Vérité. Futur. Tu parles, ce ne sont que des mots. Et la jeune femme sourit. Palpite. J’aimerais tant lui effleurer le bras. La toucher juste pour la réveiller. Mais réveille-toi donc Mistinguett ! Tu ne t’aperçois pas que tout ce que te raconte la menteuse n’est que songerie. Ta vie va ressembler à une partie de plaisir ? Quelle équivoque ! Je suis aussi tout ouïe. J’aime m’asseoir là, au soleil. Je la connais par cœur. Elle observe, elle dissèque, elle repère une personne un peu songeuse, un peu dans les nuages. Jeune de préférence. Ce sont les plus demandeuses. Tout leur avenir est à dessiner. Un petit coup du destin fait du bien. Et que la fortune te guette ! Et que la vie te sourie ! Et que l’amour frappe à ta fenêtre ! Et que la jeunette s’épanouisse. Qu’importe si, en rentrant chez elle, sa mère impotente l’interpelle et la secoue. Elle aura eu du bon temps. Et blablabli et blablabla… J’en ai trop entendu. Basta ! 

J’aime autant chasser les souris. 


Ghislaine Deltombe de Feraudy

texte rédigé dans le cadre du stage Art et écriture organisé à Colombes en mars 2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez aimé ce texte ?
Dites-le !